mercredi 7 décembre 2016

BEAUX LIVRES... IDÉES CADEAUX


Noël approche à grands pas et il est temps de penser aux cadeaux, à offrir (c'est toujours un plaisir) ou à s'offrir (un cadeau en plus sous le sapin c'est toujours bien!). Les rayons livres de cuisine chez les libraires sont souvent surchargés, surtout à cette époque de l'année. Certains livres valent vraiment le détour, pour les autres, passez votre chemin au risque de ne jamais vous en servir! Voici donc une sélection, très personnelle, de mes coups de cœurs de cette année... 



Nouilles d'Asie (Editions du Chêne). Un livre exclusivement dédié aux nouilles et rédigé par trois expertes qui connaissent leurs recettes sur le bout des doigts : Chihiro Masui la japonaise, Minh-Tâm Trân d'origine vietnamienne et Margot Zhang née à Pékin. Plus de 150 recettes pour apprendre à préparer les nouilles en soupe, en salade, frites ou sautées... On a envie de tout essayer! Je vous proposerai très bientôt une recette inspirée du livre...



"L'or de la Provence, paroles d'oléiculteurs" (Editions du Chêne) : Ce livre acheté cette année mais paru depuis un moment, nous convie à rencontrer, grâce à Olivier Baussan (créateur de l'Occitane et de première Pression Provence) une quinzaine d'oléiculteurs qui nous racontent leur vie et leur huile. Elisabeth Scotto nous livre 60 de leurs recettes, mises en scène par les superbes photos d'Edouard Sicot...



"Boucherie Végétarienne" (Editions Ulmer). 60 recettes originales et surprenantes de chez Hiltl, le plus ancien restaurant végétarien du monde. C'est surprenant, magnifiquement illustré. Les grandes recettes à base de viande sont revisitées en mode vegan, en utilisant des substituts végétaux (légumes, tofu, seitan...).



Jean Mus "Jardins méditerranéens contemporains" (Editions Ulmer). L'auteur présente 22 jardins emblématiques de ses créations les plus récentes, des jardins plus naturels, spectaculaires et sensuels... Une mine d'inspiration, et de conseils pratiques pour moi qui ne suis qu'au stade de la création de mon jardin!



"Cuisine Libre" de Pierre Augé (Hachette éditions). Un autre coup de cœur, j'apprécie beaucoup ce chef talentueux, simple, brillant, inventif... et libre! Un repas chez lui est un vrai bonheur. Il nous présente ici les fondamentaux de sa cuisine, les produits de sa région, ses producteurs, sa famille...



"Un couteau, un plat une cocotte" de Stéphane Reynaud (Editions Marabout). Des recettes faciles, rapides et avec peu d'ustensiles, de quoi se réconcilier avec tous ceux qui disent que cuisiner c'est compliqué! 162 recettes qui laissent du temps pour profiter de ses invités. C'est mon cinquième livre de Stéphane Reynaud (Cochon & fils, Terrines, Barbecue & Plancha, Ripailles), je les utilise tous très régulièrement...



"Herbes" de Régis Marcon (Editions La Martinière). Une pure merveille... quand les recettes inspirées (et inspirantes) du chef sont mises en lumière par Philippe Barret, photographe de grand talent... on reste bouche bée! Ce nouvel ouvrage, après "Champignons", nous fait entrer dans l'univers délicat des saveurs et parfums des herbes. On apprend à les cueillir, à les conserver et les cuisiner au rythme des saisons. Ces aromates enrichissent nos plats et apportent la petite touche en plus, pour magnifier la plus simple recette.



"Cuisiner la Mer" de Gaël Orieux et Julien Bouré, photos Jean-Claude Amiel (Editions La Martinière). 90 recettes de poissons et de coquillages, un portrait de 70 produits, avec leur saisonnalité, leur zone de pêche et la meilleure façon de les cuisiner. Plats bourgeois ou plats canaille... tout le monde y trouvera son bonheur!



"Chefs bretons, leur vie de cuisiniers" de Olivier Marie (Editions du Coin de la rue). L'auteur nous fait partager son quotidien de journaliste culinaire, lui qui côtoie depuis 20 ans les chefs en sillonnant la Bretagne gourmande. Pas de recettes, mais des photos superbes prises sur le vif dans les coulisses des cuisines, ou à la rencontre des producteurs, et de nombreuses anecdotes savoureuses. Une belle plongée dans le quotidien de ceux qui font la gastronomie bretonne d'aujourd'hui...Vous pouvez également retrouver Olivier Marie sur son excellent blog "Goûts d'Ouest".

Voilà donc une sélection de tous les ouvrages qui m'ont inspirée... Si vous avez eu vous aussi des coups de cœur, n'hésitez-pas à les partager ici dans les commentaires ou dans la page Facebook. A très bientôt pour de nouvelles recettes...

mardi 29 novembre 2016

VELOUTE DE CHAMPIGNONS, FOIE DE LOTTE ET HUILE DE HOMARD DE L'ILE DE GROIX


Besoin de se réchauffer? La soupe en cette saison est une valeur sûre. J'en fais pratiquement tous les deux jours, en variant à chaque fois les ingrédients. Si les légumes racine sont les grands gagnants de l'hiver, les légumineuses ont elles aussi une place de choix et les champignons sont les grandes vedettes de l'automne. Mais pas question de proposer une soupe triste. Outre le goût des ingrédients qui la composent, ceux que l'on rajoute, un peu comme un bonus sur le dessus, peuvent aussi tous changer! On n'hésite pas à rajouter de la fraîcheur (des herbes fraîches, des cébettes ciselées..), du croquant (noisettes ou amandes concassées, croûtons...), ou des produits plus surprenants comme ici du foie de lotte (le foie gras de la mer) et de l'huile de homard, de chez Groix & Nature. On apporte une petite touche iodée, originale et très festive... pour le plus grand plaisir de nos papilles!
On profite également de la nature flamboyante à l'automne pour faire de belles balades, pour s'attarder dans le jardin, faire quelques photos et apprécier les couleurs... Entre temps, le vent a tout balayé et nous avons passé quelques heures ce weekend à ramasser toutes les feuilles tombées... Les arbres sont maintenant tout nus, cela sent déjà l'hiver!









L'originalité de cette soupe, c'est le mélange de goûts... très "terre et mer". Côté terre j'ai utilisé un mélange de champignons : Des chanterelles grises, des pleurotes et des champignons de Paris. Si vous avec la chance de trouver des cèpes, c'est encore mieux! Mettez quelques champignons de côté pour la finition. Vous les poêlerez quelques minutes au beurre avant de les disposer sur le dessus de la soupe. Le bouillon est celui du pot-au-feu que j'ai cuisiné il y a quelques jours. Je l'ai laissé refroidir pour pouvoir le dégraisser. Vous pouvez aussi utiliser un cube que vous diluerez dans de l'eau chaude.
Quant-au côté mer, la soupe est relevée grâce au foie de lotte, et à cette délicieuse huile de homard qui nous vient de l’île de Groix (Morbihan). Élaborée à partir de homard bleu, d'huile de pépins de raisin et d'aromates, elle sublime le goût de nombreux plats (pâtes aux fruits de mer, carpaccios de St Jacques, poissons cuits ou crus...). Une valeur sûre!









Velouté de champignons, foie de lotte et huile de homard

Pour 6 personnes

  -  750 g de champignons des bois
  -  2 échalotes
  -  20 g de beurre
  -  2 c. à soupe d'huile d'olive
  -  75 cl de bouillon de bœuf
  -  20 cl de crème liquide
  -  100 g de foie de lotte
  -  1 filet d'huile de homard
  -  Quelques herbes fraîches pour la finition
  -  Sel, poivre

1. Nettoyez les champignons et rincez-les rapidement sans les laisser tremper. Détaillez les plus gros en lamelles. Pelez et émincez les échalotes.
2. Faites chauffer le beurre et l'huile dans une cocotte et mettez les échalotes à revenir 5 minutes, sans coloration. Ajoutez les champignons et faites-les rissoler une dizaine de minutes. Salez, poivrez, mouillez avec le bouillon. Portez à ébullition et laissez mijoter 15 minutes.
3. Mixez longuement la soupe puis ajoutez la crème. Mélangez et réchauffez sur feu doux sans laisser bouillir. Rectifiez l'assaisonnement si besoin.
4. Versez la soupe dans des assiettes creuses ou dans des bols. Parsemez de copeaux de foie de lotte et arrosez d'un filet d'huile de homard, décorez de quelques herbes. Servez et dégustez aussitôt.

lundi 14 novembre 2016

TARTE A LA PRALINE


Avec cet automne radieux, ce ne sont pas les idées d'escapades qui manquent. Cette fois-ci direction Lyon pour un weekend entre amis. Nous n'avons bien sûr pas échappé au centre ville avec ses jolies boutiques, ses bâtiments classés, au nouveau quartier Confluence, à l'apéro sur les quais avec vue sur la Basilique de Fourvière, et à la visite aux Halles Paul Bocuse le dimanche, pour acheter entre autres, du cervelas pistaché et une tarte à la praline.
Mais nous avons également profité du soleil et du bon air pour parcourir les vignobles de Condrieu en Gyropode, lors d'une visite guidée de 2 heures. Départ avec le guide de la base nautique où nous pouvons admirer les amateurs de Téléski Nautique. Les chemins à ce niveau sont larges et plats, c'est parfait pour s'habituer à l'engin que je monte pour la première fois (ce n'est finalement pas si difficile!), puis visite des ruelles de Condrieu. C'est ensuite que les choses se corsent, on monte des chemins de plus en plus escarpés, entre les vignes, avec une facilité déconcertante. La vue de là haut est fabuleuse!





Pour une première, ce fut un vrai plaisir. J'avais quelques craintes quant à la maîtrise de l'engin, mais elles ont vite été dissipées. Si on suit bien les recommandations, on s'en sort brillamment. L'engin monte les pentes très raides et caillouteuses sans broncher, on peut ainsi profiter pleinement de la visite. On a un casque et une oreillette, le guide donne des conseils techniques, mais nous raconte en même temps la petite histoire des lieux. Je n'ai pas pu prendre beaucoup de photos, et c'est dommage, il faut garder les mains sur le guidon! Mais ces quelques vues vous donneront un aperçu du panorama...
Et comme le grand air ça creuse, on déguste au retour une tarte à la praline de chez Sève avec une tasse de thé. C'est un vrai délice... On trouve sur Lyon de nombreuses versions, chaque pâtissier a la sienne, plus ou moins épaisses. Celle de Jocteur par exemple est extra-fine. Une fois rentrée à la maison, j'avais envie de réaliser la mienne, je vous livre ici la recette...





Quelques précisions pour bien réussir cette tarte aux pralines :
Pour la pâte, je réalise toujours la même recette, c'est une valeur sûre. Avec les quantités que je donne ici, vous ferez une grande tarte et il en restera pour garnir 2 moules à tartelette. Vous pouvez la précuire plusieurs heures à l'avance, et même la congeler. J'utilise un cercle à tarte, pas un moule, pour un plus joli fini. J'en ai ainsi toute une série de différentes tailles. Ils sont micro-perforés, de la marque De Buyer (pour Valrhona).
Pour la garniture aux pralines, c'est un peu plus technique. Il faut bien réaliser sa cuisson pour que la crème aux pralines durcisse lors du refroidissement. l'idéal est de mesurer la température avec un thermomètre de cuisson. Sinon, faites couler une goutte de crème sur une assiette froide, elle doit figer aussitôt (comme vous le feriez pour une confiture).


Tarte à la praline

Pour 6 personnes

La pâte sablée :
  -  250 g de farine
  -  150 g de beurre mou
  -  90 g de sucre glace
  -  30 g de poudre d'amandes
  -  1 pincée de sel
  -  1 gousse de vanille
  -  1 œuf entier
La garniture :
  -  200 g de pralines concassées
  -  20 cl de crème

1. La pâte : Dans le bol d'un robot, mélangez la farine, le sucre, la poudre d'amandes, le sel et les graines de la gousse de vanille. Ajoutez le beurre et périssez jusqu'à obtenir une consistance sableuse. Incorporez ensuite l’œuf, pétrissez rapidement jusqu'à ce que le pâte forme une boule.
2. Étalez la pâte entre deux feuilles de papier sulfurisé. Réservez 1 heure au frais.
3. Au bout de ce temps, préchauffez le four à 180°C. Garnissez de pâte un cercle à pâtisserie de 20 cm de diamètre. Piquez le fond à la fourchette, puis couvrez avec une feuille de papier sulfurisé et des billes de cuisson. Enfournez et faites cuire 15 minutes. Retirez ensuite le papier et les poids, prolongez la cuisson 10 minutes. La pâte doit être bien dorée. Laissez refroidir.
4. Dans une petite casserole, faites chauffer la crème et les pralines. Maintenez l'ébullition une dizaine de minutes, jusqu'à atteindre 110°C. Versez la préparation dans le fond de tarte. Laissez refroidir puis réservez au frais jusqu'au moment de servir.

lundi 31 octobre 2016

SALADE CESAR


Une salade pour la Toussaint? Mais pourquoi-pas... quand on voit les températures des derniers jours celle-ci est la bienvenue. C'est une salade tout terrain que je décline à l'infini en fonction des produits de saison. Cette version avec asperges et pois gourmands est plutôt estivale, je vous l'accorde, mais quand on avancera dans la saison, on pourra toujours remplacer les asperges par des petits bouquets de brocoli ou de chou romanesco. Les haricots verts et les pois gourmands se trouvent toute l'année (frais ou surgelés), et si vous souhaitez un plat encore plus complet, ajoutez des petites pommes de terre grenaille, cuites avec la peau, puis pelées. 
La promenade d'hier nous a menés vers les Saintes-Marie de la Mer, joli village capitale de la Camargue, célèbre pour les pèlerinages, les chevaux blancs et les taureaux, les dunes de sable blanc, les vastes étendues de roseaux et les manades. Nous avons parcouru les ruelles du village, profité d'une terrasse au soleil pour déguster des huîtres de Bouzigues et des tellines... puis petite sieste sur la plage au soleil! Il y a pire pour un dimanche.







Le centre du village est tout petit, et entièrement piéton. Construite près de l'embouchure du petit Rhône, l'église fortifiée est visible à 10 km depuis l'intérieur des terres. On peut y monter pour admirer la vue sur la côte et les étangs. Vous découvrirez également en parcourant les ruelles le musée Baroncelli (ancien hôtel de ville), les fresques murales représentant les belles arlésiennes avec leur costume traditionnel, les placettes et les fontaines. Au retour, faites une halte le long des étangs pour admirer la faune : Cygnes, flamants roses, chevaux camarguais et taureaux bien sûr!







Je vous confie ici ma recette de sauce, je ne compte plus le nombre d'amies qui m'ont demandé les proportions exactes...pas toujours facile quand on cuisine au feeling! Il a donc fallu que je mesure. C'est une sauce géniale, assez légère grâce au yaourt à la grecque qui permet de réduire la quantité d'huile et donne une onctuosité incomparable. Je la prépare avec mon mixeur plongeant et dans son grand verre mesureur. On plonge le bras du mixeur tout au fond et on mixe par petites impulsions, en le remontant progressivement. On obtient ainsi une préparation bien liée. La sauce peut accompagner de nombreuses salades repas, mais aussi les viandes froides. N'hésitez-pas à la décliner en choisissant vos herbes (basilic, aneth, cerfeuil, ciboulette) et les épices qui la relèvent (piment mais aussi curry ou ras-el-hanout).
Pour la cuisson du poulet, je la réalise au four en ce moment, mais l'été je le cuis à la plancha. Vous pouvez également utiliser des restes de poulet rôti.



Salade César

Pour 6 personnes :
  -  200 g de salades mélangées (romaine, sucrine, mâche, roquette)
  -  3 blancs de poulet
  -  12 œufs de caille
  -  200 g de haricots verts
  -  1 botte d'asperges vertes (500 g)
  -  150 g de pois gourmands
  -  60 g de parmesan
  -  1 brin de basilic
  -  4 c. à soupe d'huile d'olive
  -  1/2 jus de citron
  -  Sel, poivre 5 baies
Pour la sauce :
  -  1 œuf (entier)
  -  1 jus de citron
  -  1 c. à soupe de moutarde forte
  -  1 c. à soupe de câpres
  -  1 petit bouquet d'herbes fraîches
  -  1 gousse d'ail
  -  2 filets d'anchois
  -  3 c. à soupe de yaourt à la grecque
  -  5 cl d'huile d'olive
  -  Sel, poivre, piment d'Espelette

1. Préchauffez le four à 180°C. Mettez le poulet dans un plat, assaisonnez-le de sel et de poivre, arrosez de 2 cuillères d'huile d'olive. Enfournez 15 minutes en retournant la viande plusieurs fois en cours de cuisson. Laissez refroidir.
2. Faites cuire les œufs de caille 5 minutes dans une casserole d'eau bouillante, puis passez-les aussitôt sous l'eau froide avant de les écaler. Réservez au frais.
3. Éboutez les haricots verts, effilez les pois gourmands, cassez l'extrémité des asperges. Faites cuire les légumes à l'eau bouillante salée, 10 minutes pour les haricots, 8 minutes pour les asperges, 5 minutes pour les pois gourmands. Plongez-les aussitôt dans un bain d'eau glacée, puis égouttez-les. 
4. Préparez la sauce : Dans un récipient haut, cassez l’œuf, puis ajoutez les câpres, la moutarde, les anchois, la gousse d'ail pelée et les herbes effeuillées. Mixez à l'aide d'un mixeur plongeant. Versez ensuite l'huile, mixez à nouveau par petites impulsions jusqu'à obtenir une belle émulsion. Poivrez, ajoutez quelques pincées de piment, le jus de citron et le yaourt, mixez jusqu'à obtenir une préparation homogène. Salez si nécessaire. Versez en saucière et réservez au frais.
5. Au dernier moment, réunissez dans un grand saladier la salade (émincée si besoin) et les légumes. Arrosez d'huile d'olive et de jus de citron, assaisonnez, mélangez. Répartissez sur le dessus le poulet en lamelles et les œufs coupés en deux. Terminez par quelques copeaux de parmesan et des feuilles de basilic. Arrosez de quelques traits de sauce, puis servez.

jeudi 20 octobre 2016

MINI CITROUILLES FARCIES A L'AGNEAU CONFIT


L'automne est bien installé, mais ici le ciel reste très bleu... C'est quand même plus agréable! Du coup dans ma cuisine, mon cœur balance entre les salades et les légumes croquants, les soupes et les plats mijotés. A midi on peu encore manger léger, mais le soir, ce sont les plats réconfortants que j'apprécie, et je retrouve avec plaisir les beaux légumes et les fruits d'automne. Les gagnantes toutes catégories, ce sont les cucurbitacées. Celles de l'été (melons, pastèques, concombres et courgettes...) ont laissé la place aux courges, potirons, citrouilles & Co. On peut les décliner à toutes les sauces et elles nous accompagneront jusqu'au printemps... On se doit donc de renouveler les recettes pour ne pas se lasser! C'est ce que j'ai essayé de faire avec ces mini citrouilles farcies, associer les saveurs du légumes aux parfums de l'agneau du Ventoux et des aromates. C'est assez long à faire, mais vraiment délicieux! 
Et puisque l'été est passé, nous essayons de nous échapper le weekend et de rendre visite à notre tour à tous ceux que nous avons reçus à la belle saison. C'est dans le Var que nous sommes partis fin septembre, du côté de Bormes les Mimosas. Visite du littoral, des belles propriétés viticoles et balades en bord de mer. Je vous laisse découvrir le panorama...




Suivez le chemin côtier, il vous mènera de la plage de l'Estagnol au fort de Brégançon. Il y a un peu de dénivelé et le chemin est quelquefois étroit, mais très bien aménagé. Munissez-vous toutefois de bonnes chaussures... En fin de balade, prenez un verre ou restaurez-vous à l'Estagnol. Nous avions adoré ce restaurant lors de notre précédente visite, il ré-ouvrira en avril prochain...




C'est une recette typiquement de saison que je vous propose, et toute mignonne avec ces mini citrouilles qui m'ont tout de suite séduite chez mon primeur! C'est beau mais surtout délicieux avec les parfums des légumes, des aromates, et de cette épaule d'agneau longuement confite. Ne vous arrêtez pas à la longueur de la cuisson, il n'y a presque rien à faire... Une fois les mini citrouilles garnies, et selon le nombre de convives, il vous restera encore de la viande. Utilisez-la pour un parmentier par exemple...



Mini citrouilles farcies à l'agneau confit

Pour 8 personnes
  -  8 mini citrouilles
  -  1 épaule d'agneau
  -  2 petites courgettes
  -  3 gousses d'ail
  -  1 oignon
  -  1 petit bouquet de thym frais, sauge et romarin
  -  20 cl de bouillon de volaille
  -  1 c. à soupe de fond de veau déshydraté
  -  Huile d'olive
  -  Sel, poivre, cumin en poudre, piment d'Espelette

1. L'agneau : Préchauffez le four à 240°C. Pelez une gousse d'ail et coupez-la en deux. Frottez-en toute la surface de l'épaule d'agneau. Assaisonnez-la, huilez-la légèrement et disposez-la dans un grand plat. Enfournez et faites cuire 10 minutes. Au bout de ce temps, retournez l'épaule d'agneau et poursuivez la cuisson 10 minutes. Baissez ensuite la température du four à 120°C, ajoutez les aromates, couvrez le plat (avec son couvercle ou une feuille de papier aluminium) et poursuivez la cuisson 3 heures. Retournez plusieurs fois l'épaule en cours de cuisson.
2. Les citrouilles : Faites-les cuire 10 minutes dans une grande cocotte d'eau bouillante salée. Égouttez et laissez refroidir. Coupez ensuite un chapeau aux deux tiers de la hauteur et retirez les graines. Récupérez la chair à l'aide d'une cuillère. Il doit en rester 1 cm le long des parois. Hachez la chair recueillie.
3. Pelez et ciselez les oignons et l'ail. Coupez les extrémités et détaillez les courgettes en petits dés. Faites chauffer un peu d'huile dans une sauteuse, mettez l'oignon à revenir 5 minutes, sans le laisser colorer. Ajoutez l'ail, la courgette, le thym, la chair de citrouille, salez et poivrez, saupoudrez de cumin et de piment. Laissez cuire une dizaine de minutes en mélangeant régulièrement.
4. Décortiquez entièrement l'épaule d'agneau et effilochez la viande. Pesez-en 800 g et ajoutez-les dans la sauteuse. Faites revenir 5 minutes.  Chauffez le bouillon avec le fond de veau déshydraté. Versez-en la moitié dans la sauteuse, mélangez. Vous devez obtenir une farce moelleuse. Goûtez et rectifiez l'assaisonnement si besoin.
5. Préchauffez le four à 150°C. Garnissez les mini citrouilles de farce, recouvrez-les des chapeaux. Disposez-les dans un grand plat, arrosez d'un filet d'huile d'olive, versez le reste de bouillon dans le fond. Enfournez et faites cuire 30 minutes.

mardi 24 mai 2016

TARTE AUX FRAISES ET PETITS FRUITS ROUGES, CRÈME A LA PISTACHE


Je crois que c'est ma saison préférée, celle du soleil enfin revenu, des journées qui allongent, celle ou les étals regorgent de beaux légumes (ah les fèves, les asperges, les petits pois...) et de fruits sublimes et délicats! Le plaisir de cuisiner est revenu, même des desserts pour moi qui ne suis pas un bec sucré. Je compose des tableaux colorés, avec des jolis fruits c'est si facile! La maison se remplit peu à peu, amis, famille, qui viennent chercher le soleil et la douceur de vivre. Le salon de jardin a retrouvé sa place sous les platanes, même si certains préfèrent l'ombre douce du prunier, les vélos sont de sortie, une nouvelle table de jardin vintage en fer forgé a fait son apparition, on peut à nouveau dîner dehors!
Au programme donc depuis quelques semaines, des tartes aux fraises que je décline sous différentes formes, que je décore selon mes trouvailles chez les producteurs locaux ou au jardin (pour les herbes et les fleurs). Ma recette de pâte sablée est toujours la même, j'ai pris l'habitude depuis mon stage chez Valrhona de cuire mes fonds non dans un moule mais dans des cercles à pâtisserie perforés, le résultat est plus pro. Pour le reste, la crème à la pistache est à tomber, et je vous conseille de la faire la veille, comme le fond de tarte d'ailleurs. Je jour J, comme le dimanche de la fête des mères par exemple, il ne vous restera qu'à la dresser : Résultat assuré!


Par ici on trouve des fraises un peu partout directement chez les producteurs. On en fait des cures dès que le printemps est là. En tartes, en coulis, sur les pavlovas et aussi dans les confitures que l'on retrouvera avec plaisir en hiver. J'ai préparé quelques dizaines de pots, seulement avec des fraises, ou mélangées avec de la rhubarbe (j'adore!). Ce sont des petits cadeaux gourmands qui sont toujours appréciés. La fête des mères approche, vous êtes peut-être en recherche d'idées pour lui faire plaisir? Je peux vous recommander les confitures artisanales de la Cour d'Orgères (fabriquées en Bretagne), et plus particulièrement le parfum "Cœur Grenadine" (ananas, goyave, fraise), tout particulièrement sorti pour l'occasion (un véritable délice!). Les messieurs ne sont pas oubliés puisqu'ils pourront déguster "Papa Chéri", confiture à base d'ananas, coco et fève tonka, également très réussie. Ils ont eu la gentillesse de m'envoyer quelques pots en dégustation (merci!), suite aux recettes que j'avais mises au point pour eux dans Bretons en Cuisine...


Tarte aux fraises et petits fruits rouges, crème montée pistache

Pour 6 à 8 personnes :


La pâte sablée
  -  250 g de farine
  -  150 g de beurre
  -  90 g de sucre glace
  -  30 g de poudre d'amandes
  -  1 gousse de vanille
  -  1 pincée de sel
  -  1 œuf entier

La ganache pistache
  -  250 g de crème liquide entière
  -  100 g de chocolat blanc pâtissier
  -  30 g de pâte de pistache

La garniture
  -  300 g de fraises
  -  150 g de petits fruits rouges
  -  Quelques feuilles de menthe ou de basilic
  -  Quelques pensées

1. La pâte : Dans un saladier, mélangez la farine, le sucre glace, la poudre d'amandes, le sel et les graines de la gousse de vanille. Ajoutez le beurre coupé en dés et mélangez du bout des doigts jusqu'à obtenir un mélange sableux. Incorporez l’œuf, mélangez rapidement jusqu'à former une boule. 
2. Étalez sans attendre la pâte entre deux feuilles de papier sulfurisé. Glissez le tout sur une plaque et réservez 2 heures au frais. Coupez ensuite un disque aux dimensions de votre moule puis garnissez-le, piquez la pâte à la fourchette. Réservez au frais le temps de préchauffer le four à 180°C (thermostat 6).
3. Recouvrez la pâte d'une feuille de papier sulfurisé et de poids de cuisson (billes en céramique ou haricots). Enfournez 15 minutes. Retirez ensuite les poids et le papier et poursuivez la cuisson 10 minutes. La pâte doit être bien dorée. Laissez refroidir.
4. La ganache : Faites chauffer la crème dans une casserole. Dans un saladier, mettez le chocolat cassé en morceaux et la pâte de pistache. Versez la crème chaude en deux fois et mélangez à la spatule. Mixez à l'aide d'un mixeur plongeant, filtrez, filmez au contact et réservez au moins 2 heures au frais.
5. La finition : Versez la ganache dans un saladier bien froid. Fouettez-la au batteur jusqu'à ce qu'elle forme des pics. Débarrassez-la dans une poche à douille et garnissez le fond de tarte. Lavez les fraises et équeutez-les. Coupez-les en deux et disposez-les sur la ganache. Complétez avec les petits fruits rouges. Décorez de pensées et de feuilles de menthe ou de basilic. Réservez au moins 1 heure au frais avant de servir.